Oct 24, 2016
  • Le 29 septembre dernier, Amazon annonçait Amazon Web Service et déclenchait un séisme dans l'écosystème du Cloud en France. Précédant son principal rival de 4 jours, Amazon a déclaré rendre disponible ses services Cloud dans des Datacenters situés en France. Amazon a donc volé la vedette à Microsoft, qui annonçait lors de l'Experience16 «l'arrivée de 2 datacenters Azure en région parisienne » par l'intermédiaire de son CEO Satya Nadella. Ces déclarations apportent d’énormes perspectives sur les marchés du Cloud en France. De nombreuses entreprises, refusant d'étudier les solutions Cloud Public pour la seule raison de ne pas faire héberger ses données en dehors du territoire français, vont pouvoir finalement s'ouvrir à l'intégration d'un Cloud Public dans leur SI.

  • 2017 : l’année du Cloud Hybrid

    Les annonces des 2 principaux Cloud Publics mondiaux, de l'ouverture de DC en France, du partenariat AWS/Vmware et de l'arrivée prochaine d'Azure Stack laissent présager une accélération prédominante du Cloud Hybrid.

    L'arrivée du Cloud Hybrid dans l'entreprise déclenche une guerre sans merci, entre la solution hétérogène mais leader des Cloud Privé/Public et l'éditeur offrant une unique solution clé en main.

  • D’un côté les leaders incontestés des clouds...

    Amazon propose un nombre impressionnant de services adaptés aux besoins métiers, mais souffre encore du frein de l’intégration d’un Cloud Public dans les SI des entreprises.

    Vmware, fondateur du SDDC et leader du Cloud privé, permet lui d'automatiser et d’orchestrer les solutions On premise, mais doit se préparer à la dominance du Cloud Public prévue pour 2030. Ce partenariat semble ainsi être la solution parfaite pour l'intégration du Cloud public AWS dans les SI, qui sont actuellement équipés à 80% d'infrastructure Vmware.  

    On ne peut que se montrer qu’optimiste face à l’association de ces solutions parfaites, mais reste l'action du partenariat. Avec 2 systèmes technologiques complètement différents, les passerelles seront complexes à définir et à mettre en place. Et puis une question se pose : quand l’hybridation d’AWS et VMware sera opérationnelle ? Arrivera-t-elle à temps ?

  • ...De l’autre côté, Microsoft et son ambition d’intégrer le Cloud Hybrid

    Car face à cette hégémonie annoncée, nous avons Microsoft. Le géant a changé son approche sur les métiers de l'IT, comprenant qu'il n’est plus leader sur ce nouveau DataCenter. Alors Microsoft approche l'intégration du Cloud Hybrid avec beaucoup d'humilité, mais aussi beaucoup d'ambition. Sa force : une solution.

    L'arrivée très attendue d'Azure Stack est la promesse d’un Cloud Hybrid efficace. Aujourd’hui Azure talonne AWS comme jamais. Microsoft utilise ses qualités: une maîtrise très verticale de toutes les solutions IT et une force commerciale impressionnante. Sans oublier la redéfinition de ses partenaires. Axant plus, d’une part, sur la partie conseil et accompagnement à la transformation digitale des entreprise. Investissant plus, d’autre part, sur les nouveaux acteurs importants du Cloud, comme Redhat. Qui aurait pu imaginer, il y a encore 2 ans, que Microsoft se lierait avec RedHat pour gagner la bataille du Digital des entreprises ? La solution OpenShift sur Azure, apportera une gestion unifiée du PAAS et est un axe de développement majeur des deux nouveaux partenaires. Mais Microsoft a encore beaucoup à évangéliser sur l'efficacité de ses solutions de Cloud Privé.

  • En résumé, 2017 sera primordiale pour l'adoption du Cloud Hybrid, puisque nous en saurons plus sur les solutions que choisiront les entreprises. Ce sera une bataille technologique mais aussi commerciale, une guerre d'influenceurs et de partenariats. Et n’oublions pas Google, qui  souhaite bousculer cette vision bipolaire, en s’appuyant sur ses solutions fortes comme Google for Work, et sur un investissement impressionnant de Google Cloud Platform sur le Cloud Public.

    Ceci ne présente que des bonnes solutions pour les entreprises dans leur transformation digitale. Notre choix de partenariat est cohérent avec cette vision. Chaque entreprise trouvera sa solution adaptée en fonction de sa maturité (technologique et organisationnelle) et de ses besoins. Même si ces infrastructures apporteront beaucoup de fonctionnalités et de solutions, il ne faut oublier l'objectif principal : répondre aux besoins des métiers